Sony FE 90 f2.8 Macro G OSS, la prise en main du nouveau macro de chez Sony

Article précédemment publié sur www.herpetofocus.fr.

SONY DSC
Le nouveau Sony 90 macro OSS monté sur l’a7ii
Les objectifs macros me suivent depuis toujours. J’ai commencé avec l’ancien Sigma 105 macro, dont les pignons avaient fini par lâcher (une maladie récurrente chez les Sigma en monture Sony à l’époque). J’ai eu par la suite les deux objectifs macro de chez Tamron, à savoir le 90 (90mm f/2.8 SP Di Macro) et le 180 (180mm f/3.5 SP Di LD), le premier étant depuis toujours resté dans mon sac photo, monté sur le Sony a7ii via la bague LAEA4.

oss90001a
Tamron 90 Di monté sur l’a7ii via la bague LA-EA4. Un objectif légendaire !
De part mes sujets de prédilection, il va sans dire que le 90 (ou 100, ou 105) macro est de très loin l’objectif que j’utilise le plus. Les herpétos (les spécialistes des Amphibiens et Reptiles) n’utilisent pas beaucoup le rapport 1:1, mais ils s’y en approchent régulièrement, et les 90 – 105 mm sont des focales idéales pour les cadrages usuels et la taille des sujets, que ce soit en ASPC ou en FF.

SONY DSC

A sa sortie, le Sony FE 90 macro était pour moi l’opportunité d’une belle mise à jour de cette focale, tout en évitant d’utiliser systématiquement la bague LAEA4. Sans passer par les bagues et en attendant les probables futures propositions de chez Sigma ou Tamron, Sony est seul sur le créneau en FE (accompagné il est vrai du 100 macro manuel de chez Samyang). Les nombreuses éloges de la presse spécialisée (voir par ex. sa note DXO !) et un bon prix glané au gré de mes recherches ont fini de me convaincre de franchir le pas et de faire l’effort financier (important) pour acquérir ce 90 macro.

Les caractéristiques du nouveau Sony 90 macro

Le Sony 90 macro est un objectif relativement imposant et lourd. Avec une longueur de 130 mm pour 79 mm de largeur et un poids de 602 g, ses dimensions le place au niveau des Canon 100 IS USM (123 x 78 – 625g), Tamron 90 USD (123×77 – 550g), heureusement loin derrière l’énorme Nikon 105 vr (790g!), mais bien devant le vieux Tamron 90 Di (400g).

Au final, l’encombrement revient donc à peu près au même entre le Sony 90 macro et le Tamron 90 Di monté sur la bague LAEA4. C’est le prix, très certainement, d’une formule optique plus complexe, de l’internal focus, de la motorisation Direct Drive, de la tropicalisation, ou encore de la stabilisation.

oss90001c
Comparaison entre l’ancien Tamron 90 (+bague) et le Sony 90 OSS macro

oss90001b
De gauche à droite : Tamron 70-200 f2.8, Sony 90f2.8, Voigtlander 15f4.5, Sony Zeiss 24-70f4, Sigma fisheye 15f2.8
Au fait, pourquoi le stabiliser ? De toute évidence, l’ensemble des nouveaux hybrides Sony FF sont partis pour être stabiliser depuis la sortie du Sony a7ii. Certes les stabilisations boitier + optique travaillent de concert, mais n’aurait-il pas été plus opportun de proposer un objectif non stabilisé, afin de gagner quelques grammes et quelques mm en largeur ? On va dire que je chipote, mais on parle là d’un objectif que j’utilise environ… 365 jours par an !

SONY DSC

Prise en main

Par ailleurs, le nouveau Sony propose une construction topissime. L’objectif est tout métal, les finitions sont parfaites et ça respire la solidité. Un doute subsiste toutefois à la vue de tous ces nouveaux objectifs. Dureront-ils aussi longtemps que peuvent le faire les objectifs plus anciens, tels que le Tamron 90 macro Di ou encore le Voigtlander 15mm, qui font l’impasse sur toute électronique ? Je ne préfère pas y penser…

Le fait que la mise au point soit interne est toutefois rassurant, à l’inverse du vieux Tamron ou Sigma qui étaient de vrais aspirateurs à poussière, eau, et pire, grains de sable (quels sont les possesseurs de 90 macro Di dont l’objectif ne grince pas un peu en bout de course ??)… Au final, le Sony FE 90 macro est bardé de nombreux joints d’étanchéité, et on a quand même le sentiment de pouvoir voyager tranquille (et c’est d’ailleurs ce qu’il va se passer !).

oss90010
Asthenodipsas lasgalenensis – f5 1/60s iso200

oss90008
Dogania subplana – f2.8 1/400s iso1600

oss90007
Bruine, pluie, vent : peu d’inquiétude à avoir de ce côté. Microhyla heymonsi – f3.5 1/60s iso200

Fonctionnement

L’autofocus du Sony FE 90 macro est, de son côté, plutôt rapide. En tout cas, c’est carrément une révolution par rapport à mon ancien Tamron, que ce soit sur l’a99 de l’époque (récente), ou aujourd’hui monté sur l’a7ii via la bague LAEA4. En mise au point spot, celle que j’utilise quasi exclusivement (et le pire réglage pour le travail de l’autofocus), il reste toutefois pas mal de ratés et encore des pompages. En comparaison avec mon ancien objectif, j’ai noté cependant une meilleure accroche en milieu sombre (c’est-à-dire en pleine nuit) : l’objectif pompe encore, mais finit généralement par accrocher, là le précédent n’y parvenait pas.

On apprécie la bague de mise au point, très agréable, et très pratique pour permuter rapidement, en un clic, de AF à MF. La bague de mise au point n’est pas mécanique mais électrique. Son utilisation reste toutefois très agréable et précise, d’autant plus que Sony a eu la très bonne idée de placer des butées en début et fin de course, ce dont il devrait s’inspirer pour l’ensemble de ces objectifs !

Un détail agaçant enfin, que l’on retrouve chez tous les macros que j’ai pu essayer. Pare-soleil retourné, impossible d’accéder à la bague de MAP. Impossible donc de faire une rapide mise au point manuel sans d’abord faire la démarche d’installer ou de retirer le pare-soleil. Dans l’urgence du moment, ce serait pourtant très utile ! Je ne sais pas, proposez nous des pares soleils échancrés !

oss90001d
Pas d’accès à la bague de mise au point avec le pare soleil replié… comme d’habitude

Sur le terrain… 15 jours en Malaisie

J’ai pu recevoir à temps mon objectif deux semaines avant de partir pour 15 jours en Malaisie. Parfait ! Il a rapidement été lancé dans le vif du sujet. J’ai pu, à mon retour, profiter du résultat à l’écran. Et c’est très bon. Les tests l’annonçaient, il n’y a pas de surprise, l’objectif est excellent, ça pique très fort, le contraste est là, les couleurs aussi. Voici sans attendre une série d’exemples.

oss90005
Draco volans – f5 1/100s iso200

oss90006
Gekko gecko – f7.1 1/60s iso200

oss90009
Le microscopique Pseudorabdion longiceps, rapport 1:1 – f4.5 1/125s iso400
Herpéto, Malaisie, Photo, Trips

Malaisie, Reptiles, Serpents, Trimesurus, Trips, Viperidae
Trimeresurus fucatus – f5 1/80s iso800
Malaisie, Photo, Trips

oss90014
Voici le genre de photos qui nécessitent au minimum 90 mm de focale… Ahatulla prasina – f4 1/200s iso100
Contrairement au Tamron 90, je ne retrouve pas d’aberrations chromatiques, même à pleine ouverture. Le bokeh du Sony FE 90 macro me semble doux et progressif, mais je ne suis pas expert dans le domaine. Vous trouverez ci-dessous quelques photos pour l’illustrer.

oss90015
Cyrtodactylus australotitiwangsaensis – f6.3 1/60s iso200

oss90016
f5 1/125s iso200

oss90016
Duttaphrynus melanosticus – f6.3 1/60s iso125

oss90016
Calloselasma rhodostoma – f5.6 1/60s iso400

oss90016
Trimeresurus purpureomaculatus – f5 1/60s iso200

Cyrtodactylus, Gekkonidae, Lézards, Malaisie, Reptiles, Trips
Cyrtodactylus consobrinus – f7.1 1/60s iso200

Cyrtodactylus, Gekkonidae, Lézards, Malaisie, Reptiles, Trips
Cyrtodactylus consobrinus – f2.8 1/100s iso200

Boiga, Colubridae, Malaisie, Reptiles, Serpents, Trips
Boiga drapiezii – f9 1/60s iso800

Boiga, Colubridae, Malaisie, Reptiles, Serpents, Trips
Boiga drapiezii – f6.3 1/100s iso800

Boiga, Colubridae, Malaisie, Reptiles, Serpents, Trips
Boiga drapiezii – f4.5 1/160s iso800

Malaisie, Photo, Trips
Le clan des Sony !

oss90023
Boiga drapiezii – f4 1/250s iso100
L’AF parvient à accrocher même dans les conditions les plus sombres. Et l’objectif pique fort, très fort !

oss90025

oss90026
Trimeresurus fucatus – f7.1 1/60s iso200

oss90027
Trimeresurus fucatus – f7.1 1/60s iso200

oss90028
Crop de l’image précédente

Points positifs et points négatifs du Sony FE 90 macro

Points positifs :

  • qualité optique au top
  • construction impeccable
  • tropicalisation
  • mise au point interne

Points négatifs :

  • la stabilisation optique était-elle indispensable ?
  • l’encombrement est limite
  • le prix

Herpéto, Malaisie, Photo, Trips

Malaisie, Reptiles, Serpents, Trimesurus, Trips, Viperidae
Trimeresurus fucatus – f9 1/200s iso800
Matthieu Berroneau, Auteur photographe et grand voyageur.

Retrouvez le résumé de notre voyage herpétologique en Malaisie ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s